Actu'Décalée

Affaire campost : Un agent détourne 2,884 milliards de fcfa

Campost-2

Il mettait de fausses monnaies dans le système de compensation. Le ministère public a pris ses réquisitions hier au cours de l’audience criminelle dans une autre affaire ‘’Cameroon Postal Services’’ (Campost). Par ordonnance du juge d’instruction du 18 juillet 2014, le nommé Ze Jean Blaise (en fuite) et quatre de ses complices ont été renvoyés devant le Tcs pour répondre des faits de détournement de deniers publics (DDP)  en complicité de la somme de 2 884 636799F appartenant à la Campost, établissement public.  Ze J. Blaise, l’accusé principal dans cette cause, exerçait au moment des faits (2101-2013) comme agent de facturation à la Campost à Yaoundé.

Les nommés Meva’a Ndounga Dieudonné, Oyono Oyono Timothée (en fuite), Abessolo Etienne (en fuite) et Wodjo Assoumou F Moïse (en fuite) sont poursuivis de s’être, dans les mêmes circonstances et de lieu, ressort du Tcs, rendus complices du DDP  mis à la charge de Ze J. Blaise. Ces faits sont prévus et réprimés par les articles 74, 97 et 184 du Code pénal.

Au cours des débats, trois témoins de l’accusation ont été étendus. Ils ont décrypté le mode opératoire  mis sur pied par Ze pour spolier son employeur. Le mécanisme consistait à mettre de fausses monnaies dans le système de compensation à travers les comptes des susnommés sans justificatifs. Par ce procédé, la BEAC leur a viré d’énormes sommes d’argent domiciliées  dans diverses banques de la place, notamment la Bicec et Ecobank, qu’ils se précipitaient à toucher. Ces comptes ont été ouverts, a tenu à préciser l’accusation, pour les besoins de la cause. Les sommes ainsi virées étaient immédiatement décaissées par les quatre complices  de Ze. Les accusés Abessolo et Meva’a (seul en détention) sont des proches parents de Ze.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Prison à vie

Ayant choisi  de se défendre sous serment, Meva’a s’est soumis au contre-interrogatoire des parties au procès. Il a soutenu d’emblée, qu’il a été approché par son parrain Ze, ci-devant ancien d’église et cousin du village. Ce cousin va lui demander d’ouvrir un compte à la Bicec de Yaoundé, aux fins de recevoir de l’argent provenant des marchés publics. Cet argent, a-t-il précisé, était  viré au bénéfice de Ze et de ses patrons. Interrogé sur le gain qu’il tirait de cette ‘’courroie de transmission’’, ou de cette facilitation, il va jurer de tous les dieux de n’en tirer d’aucune dividende. Il a ajouté que Ze jouissait d’une autorité au-dessus de tout soupçon, en plus de son rôle au sein de sa communauté. Mais, il répondra, un peu penaud, lorsqu’il dit avoir effectué plusieurs retraits dont il ne se souvient des nombres, encore moins des montants.

A propos des documents des marchés publics, il a affirmé que Ze ne lui avait jamais montré un document des marchés. Il a reconnu néanmoins que Ze profitait des marchés de la Campost. A la prochaine audience fixée le 15 mai 2015,  Méva’a sera certainement fixé sur son sort après le réquisitoire d’inculpation de tous les accusés. Quant à ses coaccusés en fuite, ils encourent, fatalement la peine de prison à vie.

Charles-Olivier Mbami

Populaires cette semaine

To Top