Features

Affaire Ambassa Zang: Le ministère public se prononce

Ambassa-Zang-camerounais

Dans ses réquisitions le 28 avril dernier au TCS, l’avocat général a demandé au tribunal de déclarer les accusés coupables. On s’achemine petit à petit vers le dénouement de l’affaire ministère public et Etat du Cameroun (Mintp) contre Dieudonné Télesphore Ambassa Zang, ex-ministre des Travaux publics, Félix Debeauplan Mekongo Abega, cadre contractuel d’administration en service au Mintp, accusés de détournement de deniers publics et Scholastique Henriette Simone Bikié, sous-directeur des ressources humaines et point focal Sigipes dans ledit ministère, Jean Robert Mengue Meka, secrétaire général et Pierre Germain Nnah Obono, délégué départemental des Travaux publics à Abong-Mbang accusé de complicité de détournement de deniers publics.

A l’audience qui s’est déroulée mardi dernier au Tcs, le ministère public après son bilan réquisitoire a  demandé au tribunal de déclarer les accusés coupables de détournement de deniers publics. D’après l’avocat général, Esseneme Regine, Dieudonné Télesphore Ambassa Zang et Debeauplan Mekongo Abega, accusés respectivement de détournement de cinq milliards et de 694 millions en complicité avec le second n’ont pas eu le courage d’affronter leur responsabilité en prenant la poudre d’escampette. Pour les accusés présents, chacun ayant déposé comme témoin sous serment, l’avocat général a rappelé que les infractions sont indivisibles quoique commises distinctement parce qu’elles visent le même but : détournement de deniers publics. « Les malversations financières ont été commises tant dans l’exécution du budget que dans les travaux spéciaux de 2003-2006. Avec des pièces à conviction », a relevé l’avocat général.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Concernant les observations des conseils de la partie civile, Me Blanche Renée, conseil du Mintp, il apparaît que certaines sommes ont été gérées sans apport des pièces justificatives. D’après elle, Scholastique Henriette Simone Bikié, par exemple, accusée de détournement de 28,952 millions de F a payé les frais de mission au personnel n’ayant pas de matricule de solde sans trace d’émargement. Et que les 7,672 millions gérés par cette accusée, destinés au fonctionnement du comité de pilotage du Sigipes, avaient été utilisés à d’autres fins puisque ce comité n’avait pas en réalité fonctionné. Malgré ses aveux, elle doit répondre du détournement de la somme globale de 36,624 millions de F. Idem pour Pierre Germain Nnah Obono qui n’a produit ni procès verbal ni compte de gestion dans la réfection du pont de Kobdombo et d’un bac de Somalomo et doit par conséquent répondre de 40,930 millions de F détournés et Jean Robert Mengue Meka, accusé de détournement de 153,730 millions de F dans le cadre de l’acquisition du matériel informatique désuet. L’audience a été suspendue et  sera reprise le 26 mai prochain pour les plaidoiries des avocats de la défense.

Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Populaires cette semaine

To Top