Features

Affaire Albatros: Yves Michel Fotso «regrette» d’avoir remboursé

Tribunal-Yves-Michel-Fotso -epervier-camerou

L’’homme d’affaires, condamné en septembre 2012, estime avoir fait un mauvais calcul en remboursant 886 millions de FCFA. Depuis deux ans dans l’’espoir de l’’arrêt des poursuites 

Yves Michel Fotso, ancien administrateur directeur général de la Camair, regrette d’’avoir remboursé 886 millions de F CFA dans le cadre de l’affaire dite Albatros, portant sur l’achat foireux d’un avion présidentiel, le fameux Boeing business Jet-2 (BBJ-II), pour lequel il a été condamné avec d’’autres accusés en septembre 2012 à 25 ans d’emprisonnement par le tribunal de grande instance du Mfoundi.

Ces derniers avaient été reconnus coupables de détournement d’une somme de 21 milliards de FCFA débloquée par le Cameroun en 2001 pour l’achat d’un avion affecté aux déplacements du Président de la République

«Je vous avoue que je regrette aujourd’hui d’’avoir versé les 886 millions de F CFA dans l’affaire de l’’avion présidentiel, car, compte tenu du volet politique de mon co-accusé, Marafa (ancien secrétaire général de la présidence de la République et ancien ministre de l’Administration territoriale, ndlr), une fin de non-recevoir était prévisible», assure l’’homme d’affaires, dans une interview publiée cette semaine dans l’’hebdomadaire Jeune Afrique.

Avec la mise en place du Tribunal criminel spécial, le législateur camerounais avait prévu des dispositions permettant au ministère de la Justice, s’’il le souhaite, d’’autoriser la fin des poursuites contre un accusé en cas de restitution du corps du délit.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Yves Michel Fotso avait ainsi décidé, en janvier 2013, de restituer 886 millions de F CFA au Trésor public, en déterminant l’’implication de chacun des cinq autres personnes condamnées avec lui dans la même affaire (deux à 25 ans, deux à 15 ans et un à 10 ans). Seulement, le fils du milliardaire Victor Fotso demeure en prison. Une situation qu’il attribue à un «règlement de comptes politique» venu du ministère de la Justice que dirige actuellement Laurent Esso, magistrat de formation.

«Un rejet de ma requête ne m’aurait pas étonné de la part de son prédécesseur (Amadou Ali), qui me tient rigueur d’avoir refusé en mai 2009 de l’’aider à faire tomber ses collègues du gouvernement qu’’il souhaitait faire embastiller dans le cadre de l’’opération épervier», déclare l’ex-ADG de la Camair.

Rapports avec Victor Fotso

Toujours dans le cadre de l’’interview accordée à Jeune Afrique cette semaine, Yves Michel Fotso explique ne plus entretenir de bonnes relations avec son père, le milliardaire Victor Fotso, lequel aurait pu lui permettre d’’obtenir une libération sous-caution.

«Comme je l’ai appris à mes dépens, au sein de ma propre famille, nombreux étaient ceux qui espéraient ma disparition», affirme-t-il, pointant du doigt notamment certains de ses «jeunes frères et sœoeurs».

«Ils ont abusé de la faiblesse de notre père et l’’ont convaincu de ne rien faire pour me sortir de cette situation, au prétexte, selon eux, que j’’aurais falsifié son testament pour m’’approprier une partie de son patrimoine et, surtout, que j’’aurais manœoeuvré en coulisses pour le déposséder d’’un immeuble de douze étages situé à Bonanjo (quartier d’’affaires de Douala), d’une valeur de plusieurs milliards de F CFA».

Yves-Michel Fotso s’’est pourvu en cassation auprès de la Cour suprême après sa condamnation par le Tribunal de grande instance du Mfoundi en 2012. «Il existe une forte probabilité qu’elle casse le verdict du TGI de Yaoundé. Mais je ne suis pas naïf, mes bourreaux feront tout pour me maintenir en prison», prétend l’’homme d’affaires poursuivi dans une autre plainte du liquidateur de la Camair.

Yves Michel Fotso répond actuellement devant le Tribunal criminel spécial de la gestion des indemnisations accordées à la défunte Camair à la suite de la sortie de piste du Boeing 747-Combi à l’’aéroport Roissy Charles de Gaulle de Paris en novembre 2010. Le liquidateur de l’’ex-Camair accuse Yves Michel Fotso d’’avoir fait perdre près de 19 milliards de F CFA à la compagnie à cette époque

Source link

Populaires cette semaine

To Top