Features

Affaire Abah Abah: Un témoin de l’accusation bloque le procès

Polycarpe Abah Abah

Monsieur Dikum, cadre de banque et témoin de l’accusation n’a toujours pas produit l’historique des comptes de l’ancien ministre des Finances. Le document est pourtant essentiel pour la suite du procès.

Cette une situation dont se serait bien passé l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Polycarpe Abah Abah incarcéré à la prison de Kondengui pour détournement de fonds publics. En effet, à l’audience du jeudi 17 septembre 2015 devant le Tcs, M. Dikum  cadre de banque et témoin de l’accusation n’a  pas pu, une nouvelle fois fournir l’historique des comptes de l’Ex Minefi.

Conséquence, le procès fait du sur place depuis quelques mois révèle   le journal La Nouvelle Expressiondans son édition du vendredi 18 septembre 2015.  À l’époque des faits, rapporte le journal «  Polycarpe Abah Abah alors directeur des impôts avait fait créditer le 05 mai 2000 sur le compte n° 301 807-01-S ouvert dans les livres de la Commercial Bank of Cameroon de Yaoundé, la somme de 1.158.352.393 FCFA au titre des revenus des fonds TVA ».

L’argent transféré va plutôt se retrouver dans le compte personnel de l’ancien ministre en raison de la similitude entre les deux comptes. Cette erreur sur le compte de remboursement TVA sera rétablie. A en croire le journal, une correspondance du Directeur général de la CBC portant sur des opérations comptabilisées à tort sur le compte personnel d’Abah Abah, directeur des impôts lui est  adressée le même jour.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Ayant pris conscience de l’erreur commise, nous avons unilatéralement décidé et corrigé les écritures comptabilisées initialement sur votre compte personnel par le débit du compte de remboursement de TVA et sous bonne date et valeur pour éviter que se soit d’une quelconque manière mis en cause et la signature de l’Etat et celle du Directeur des Impôts », précise le directeur de la CBC dans sa correspondance.

Croyant l’incident clos, c’est une dénonciation de l’honorable Peter William Mandio, ancien directeur de publication du périodique «  Le Front indépendant », qui va relancer l’affaire. Et pourtant, le journal rappelle que devant la représentation nationale le 30 juin 2001, le ministre des Finances et de l’Economie, Michel Meva’a Meboutou affirmait qu’ « il n y a eu ni détournement de deniers publics, ni plainte administrative, ni faute commise par Abah Abah, directeur des impôts ».

Toujours est-il que Polycarpe Abah Abah est jugé pour cette affaire par le tribunal criminel spécial. La prochaine audience est fixée au 02 octobre 2015.

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top