Features

AES Sonel Le ras le bol des sous-traitants

Depuis ce lundi 18 novembre, les sous-traitants d’Aes Sonel, regroupés au sein de l’Association des entreprises d’électricité et d’eau du Cameroun (Aseelec) ont entamé une grève. Pour l’Association, il s’agit d’une mise en application du préavis que les membres affirment avoir adressé à Aes Sonel le 7 novembre dernier, avec copies au Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, au Ministère de l’Eau et de l’Energie et à l’Arsel.

D’après l’Aseelec, la grève consiste à ne pas prendre les travaux à eux confiés par Aes Sonel. Le mouvement est dit «silencieux», les employés des différentes entreprises étant retenus dans leurs bases respectives. Les travaux évoqués concernent les coupures, les remises, les constructions de réseaux, branchements, poses de compteurs, relèves, normalisations, élagage etc. «La première phase consiste à arrêter les travaux. Si rien n’est fait, nous allons passer à une 2e phase plus contraignante. Ce que nous voulons en gage de bonne volonté, c’est que les bons de commande soient émis et qu’au moins les 900 millions dus en 2011 soient payés», explique M. Mbong, responsable régional de l’Aseelec pour le Littoral.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les membres de l’Aseelec réclament la régularisation et le paiement des travaux effectués depuis 2010, et dont le montant cumulé avoisinerait les 6 milliards de F. «Aucun signe de volonté de reprendre le dialogue n’a été enregistré et nos difficultés et inquiétudes de toutes sortes rappelées dans notre Memorandum du 17 Janvier 2013 se sont exacerbées», déclare l’Aseelec dans son préavis de grève. Par ailleurs, l’association s’inquiète de l’avenir de cette dette, depuis l’annonce du départ éventuel d’Aes du Cameroun et la cession de ses parts à Actis, fonds d’investissement base au Royaume-Uni. «Ces travaux dont les montants sont assez importants seront-ils acceptés comme dettes payer par Actis?», s’interroge entre autres, l’Aseelec.

Du côté d’Aes Sonel, l’on se veut rassurant. Selon Alex Siewe, Directeur-adjoint en charge de la communication et de la gestion de la marque, il n’y a pas de problème avec la dette de fournisseurs, car en matière de reprise, le repreneur prend à la fois l’actif et le passif de la société rachetée. Par ailleurs, selon les données révélées précédemment par Aes-Sonel, la première phase de régularisation des requêtes a concerné les prestations réalisées entre janvier 2011 et juin 2011. Un montant de 306 millions de F a été validé, comptabilise et payé à 32 entreprises sous-traitantes. La 2e phase, en cours d’analyse, concerne les prestations réclamées réalisées dans la période de juillet à décembre 2011. Le montant des plaintes en cours d’examen tourne autour de 900 millions de F. La 3e phase concerne le reliquat des prestations issues de la gestion manuelle entre 2008 et 2010.

Populaires cette semaine

To Top