Features

Adoum Garoua suspend son SG Emmanuel Wonyu

Adoum Garoua-Minsep-Cameroun

Une note de service signée par le ministre crée la confusion au sein de ses collaborateurs. Vendredi 12 juin 2014, 15h. Au siège du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep), le secrétaire général de ce département ministériel, Emmanuel Wonyu, préside dans son cabinet, une réunion de coordination qui rassemble l’essentiel de ses proches collaborateurs.

Au centre de la réflexion, les préparatifs du match qui a opposé hier, dimanche 14 juin 2015 à Yaoundé, le Cameroun à la Mauritanie. Tout ceci se déroule en l’absence du ministre des Sports et de l’Education physique, Adoum Garoua, qui se trouve au Canada, aux cotés des Lionnes indomptables qui prennent part à la coupe du monde féminine de football.

Bien avant son départ pour le Canada, Adoum Garoua a pris soin de rendre publique une note de service, le mardi 9 juin 2015, adressée à ses collaborateurs. Celle-ci stipule que désormais, toutes les réunions de coordination qui se tiennent dans son département ministériel se dérouleront dans son cabinet, sous sa présidence. Une décision banale, qui n’a pas manqué de susciter les interrogations de certains cadres de la maison. En fait, plusieurs cadres et collaborateurs du Minesep ont perçu, à travers cette note, une volonté d’Adoum Garoua de limiter la marge de manoeuvre de son secrétaire général. Certains vont plus loin en pensant qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’une suspension déguisée d’Emmanuel Wonyu.

«Le ministre est le patron, s’il veut réunir ses collaborateurs, quel que soit le motif, il n’a pas besoin de préciser dans une note que c’est désormais lui qui préside les réunions de coordination. Il essaie clairement de museler le secrétaire général, puisque en dehors de lui et sauf s’il décide particulièrement de désigner un directeur ou un autre cadre pour ce type de tâche, c’est au secrétaire général qu’il revient de présider les réunions de coordination et c’est ce qui se fait normalement ici. C’est simplement la manifestation d’un malaise entre lui et son secrétaire général», soutient un sous-directeur au Minsep que nous avons rencontré à son bureau jeudi dernier.

Un autre cadre rencontré le même jour, essaie de relativiser la question. «Je pense que le ministre n’est pas satisfait du rendement ou de la qualité des travaux qui lui parviennent du secrétariat général. Il est donc normal qu’il décide de prendre les choses en main. De toutes les manières, c’est lui qui donne le ton, c’est lui le principal responsable et cela fait partie de ses prérogatives. Je ne pense pas qu’il y a matière à épiloguer », nous lance notre interlocuteur, qui avoue cependant ne pas pouvoir confirmer de l’existence d’une relation saine entre le ministre et son secrétaire général.

Le chef de la cellule de communication, Alphonse Ateba Ndoumou, s’est voulu plus précis sur le sujet. «Il n’y a pas de problème particulier, à ma connaissance. Le Cameroun s’apprête à vivre d’importants rendez-vous. Il y a l’Afrobasket dames dès septembre 2015, il y a la préparation de la coupe d’Afrique féminine en 2015, il y a le programme de développement des infrastructures de sports qui s’accélère. Le ministre a simplement jugé utile de suivre personnellement l’évolution de tous ces dossiers importants dont les échéances sont proches», essaie d’expliquer Alphonse Ateba Ndoumou.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

MECONTENTEMENT

Mais de sources proches du cabinet du ministre, cette décision est l’aboutissement d’un malaise né de l’organisation de la dernière conférence des services centraux et extérieurs du Minsep à Yaoundé, le 7 mai dernier. Le secrétaire général qui coordonnait l’organisation des travaux, se serait inscrit lui-même dans 7 commissions de travail, soit comme président, soit comme membre. Au terme de cette conférence, le ministre des Sports et de l’Education physique aurait alors constaté que son secrétaire général avait déjà perçu auprès du directeur des Affaires générales du Minsep, de nombreux per diem liés à participation à ces assises, alors même qu’il n’avait ni arbitré ni validé les répartitions.

Et de ce fait, les «états» n’avaient reçu aucun visa des services compétents. Notre source qui refuse d’aller plus loin, affirme cependant que c’est la principale raison qui a poussé Adoum Garoua à ramener désormais à son niveau, l’organisation de toutes les réunions de coordination de son département ministériel. Approché pour vérifier ces informations, Emmanuel Wonyu, après avoir pris connaissance de l’objet de notre audience vendredi 12 juin dernier, nous a fait savoir par l’entremise de son secrétariat, qu’il ne souhaite pas se  prononcer sur la question.

Bella Eves, le directeur des Affaires générales, que nous avons rencontré dans son cabinet le même jour, n’a ni confirmé, ni infirmé l’information. «Je ne sais pas qui vous a donné cette information, mais je crois que la personne est mieux placée que moi pour vous donner les éléments que vous voulez. Je n’ai pas à commenter dans la presse des activités ou des actes de mes supérieurs ou ce qui se passe ici. Je suis ici pour remplir mon devoir et je le fais en toute tranquillité», nous a-t-il lancé. Au sujet de sa participation le vendredi 12 juin 2015, à une réunion présidée par le Sg alors que ce dernier ne devrait plus le faire, il affirme une fois de plus qu’il n’a pas de commentaire à faire.

« J’ai reçu une convocation de ma hiérarchie pour une réunion, je n’ai pas à réfléchir ou a épiloguer sur une quelconque décision ou quoi que ce soit. Ça c’est votre problème, allez voir les concernés ou ceux qui vous ont donné ces informations », conclut-il. Au terme de l’enquête que nous avons menée au ministère des Sports et de l’éducation physique, il ressort néamoins que les rapports entre les deux hommes ne sont pas sains. Adoum Garoua n’apprécierait pas notamment l’attitude de son Sg vis-àvis de lui et de ses collaborateurs. «Il (le SG, Ndlr) avait insulté les directeurs en pleine réunion. il les avait notamment traité de «crapauds». Une insulte qui avait entraîné le courroux de Malick Evelé et du chef de la cellule juridique qui avaient aussitôt quitté la salle», affirme une source.

Populaires cette semaine

To Top