Features

Activement recherchés, deux présumés membres de Boko Haram sont arrêtés à Kolofata

Fotokol-Boko-Haram - Cameroun-Mayo-Sava-libération

Deux présumés membres de Boko Haram, ont été arrêtés ce mercredi, par un détachement du bataillon d’intervention rapide (Bir) à Kolofata, a appris KOACI de source sécuritaire.

Les deux présumés membres deBoko Haram qui ont été arrêtés ce mercredi par un détachement du Bir, une unité d’élite de l’armée camerounaise, ont été dénoncés par des membres d’un comité de vigilance dans le Mayo-Sava, apprend-on, « dès que nous avons eu l’information sur leur présence, une unité de notre armée, s’est lancée à leurs trousses. Ils étaient armés au moment de leur arrestation », a précisé notre source.

Le 22 septembre dernier, quatre autres présumés membres de Boko Haram, étaient arrêter à Kousseri, dans le Logone-et-Chari (Extrême-Nord), grâce cette fois, à l’aide d’un douanier, qui les avait repérer dans leur cachette.

Alors qu’un jour avant, une vingtaine de corps des combattants de la secte islamiste nigériane, étaient découverts à Amchidé, après des violents combats contre l’armée camerounaise. Plusieurs cadavres des éléments deBoko Haram tombés lors de cet affrontement particulièrement violent, avaient été emportés par leurs camarades, indiquaient des sources militaires camerounaises concordantes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La recrudescence des attaques et attentats terroristes, attribués à la secte islamiste, intervient au moment où, le commandant du secteur numéro de la Force multinationale mixte (FMM), basé à Mora à 85 km de la capitale de l’Extrême-Nord, qui a compétence sur le Mayo-Sava, le Mayo-Tsanaga, le Logone-et-Chari, le Tchad et une partie du Nigéria, est entré en action.

Les autorités et l’armée ont multiplié les appels à contribution, pour le renforcement du renseignement. Les comités de vigilance et les populations donnent de plus en plus les informations aux forces de défenses et de sécurité, à l’administration ou aux chefs de villages, sur la présence dans leurs localités des personnes suspectes.

Des dénonciations, qui contribuent à favoriser les arrestations des présumés membres de Boko Haram.

Armand Ougock

Populaires cette semaine

To Top