Features

Accès à l’eau potable: Guinness Cameroun vient au secours des couches défavorisées

robinet-eau-potable-Yaoundé-Water

Face à l’incapacité du gouvernement camerounais de satisfaire les populations en eau potable, certaines  entreprises installées tentent tant bien que mal de suppléer le manque. A cet effet, la filiale Camerounaise du groupe Diageo, Guinness Cameroun, a inauguré mercredi  8 octobre  l’édition 2014/2015 de la campagne « Water of life », dont le but est de favoriser l’accès à l’eau potable aux communautés démunies.

Guinness Cameroun met 120 millions  de Fcfa à la disposition des couches défavorisées

Baker Magunda, directeur général de Guinness Cameroun, a signé mercredi 8 octobre 2014, trois conventions  avec trois organisations, pour la mise en exécution des projets de construction des points d’eau dans quatre régions  du Cameroun. Il s’agit de Cœur d’Afrique – Fondation Roger Milla, Internationale Zusammenarbeit (Giz), et Water Collective. La quatrième convention, prévue avec Catholic Relief Services, n’a pas été signée, en l’absence des représentants de cette organisation.

Ces projets rentrent dans le cadre du programme « Water of life », inauguré par Diageo depuis 2006, dans le but de permettre chaque année à 1 millions de personnes en Afrique d’avoir accès à l’eau potable. Guinness ambitionne de devenir d’ici 2015, compagnie leader dans les solutions à la crise globale de l’eau. Dans ce cadre, 200 projets ont déjà été réalisés jusqu’ici dans 18 pays africains où Diageo est présent. Au Cameroun, 120 millions  de Fcfa seront déboursés cette année, et les partenaires sus cités devront exécuter le projet dans les régions du Littoral, Ouest, Nord-Ouest, Sud-Ouest et Extrême-Nord du Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après les responsables de  Diageo Guinness Cameroun, les projets ne se limitent pas à la construction des points d’eau, il y aura aussi des sessions de formation des communautés bénéficiaires à la maintenance des infrastructures, ainsi que la création des comités de gestion des points d’eau.

Sous-traitance

Pour la mise en œuvre  du projet, Guinness Cameroun a préféré s’appuyer sur des relais sur le terrain, que de confier ces marchés à des entreprises sous-traitantes spécialisées dans la construction des points d’eau. Baker Magunda explique ce choix par le fait que « la structure de ce projet voudrait que nous n’opérions pas directement sur le terrain. Nous sommes plus efficaces avec des partenaires sur le terrain, à travers lesquels nous nous assurons que nous donnons l’eau directement à des personnes que nous ciblons. » Le coût de chaque projet n’a pas été révélé, encore moins le nombre.

Toujours est-il que les associations partenaires auront à passer les marchés à des entreprises pour réaliser les travaux sur le terrain, ce qui augmente le nombre d’intermédiaires, et aussi le risque de ne jamais voir les 120 millions de Fcfa être effectivement dépensés pour les projets. L’expérience camerounaise ayant démontré que plus il y a d’intermédiaires entre le donneur d’ordre et l’exécutant dans un projet, moins consistante devient l’enveloppe destiné à cet effet, avec au final des projets mal ou pas du tout exécutés.

© Correspondance de : Roland TSAPI

Populaires cette semaine

To Top