Features

Annulation des élections : La Fécafoot porte plainte contre ses banques

fédérations-Fécafoot-siege-Joseph-Owona

CAMEROONUba et Ecobank étaient à la première audience à laquelle elles ont invité les bénéficiaires de la sentence de la Cca du 12 novembre dernier hier à Yaoundé.

L’on savait depuis mi-novembre dernier, à travers les responsables de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), que rien n’était arrivé aux comptes de cette institution, malgré la sommation servie par des  huissiers de justice, notifiant toutes ses banques et partenaires, la sentence du 12 novembre dernier de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique. Cette sentence annulait tout le processus électoral de la Fécafoot ayant porté Tombi à Roko au poste de président, suite aux requêtes d’Abdouraman Hamadou, le président d’Etoile Filante de Garoua, Joseph Antoine Bell de Bandjoun Fc et Emmanuel Loga.

Seulement, le 29 décembre dernier, la Fécafoot représentée par Tombi à Roko, son président, a assigné en référé d’heure à heure, deux banques : United Bank of Africa (Uba) et Ecobank en libération des sommes contenues dans les livres de leurs institutions, appartenant à la Fécafoot. Motif pris de ce que chacune de ces banques a refusé d’effectuer des décaissements en faveur de la Fécafoot. Ces banques ont effectivement refusé de payer, se fondant sur la sentence de la Cca du 12 novembre, ne considérant pas Tombi à Roko comme celui qui a qualité pour agir au compte de la Fécafoot.

Assignées par la Fécafoot devant le Tribunal de première instance (Tpi) du Mfoundi – Centre administratif de Yaoundé, Uba et Ecobank ont invité à leur tour les bénéficiaires de la sentence du 12 novembre de la Cca à se joindre à elles dans le cadre de cette procédure. Leur présence consisterait à expliquer au tribunal pourquoi ils ne voudraient pas les ordres émis par Tombi à Roko soient payés camer.be. La première audience a eu lieu hier à 14h dans le bureau de la présidente du Tpi. Me Licken Junior représentait Uba, Me Woupala et Me Zomissi défendaient les intérêts d’Ecobank. La Fécafoot dans cette procédure était défendue par Me Memong Philippe et Me Mandeng Achet Nagnigni. Seul Me Mandeng était présent. Me Wamba Makollo Georges, l’avocat du trio des bénéficiaires de la sentence, s’est joint à ses collègues des banques.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

C’était la toute première audience au cours de laquelle « les intervenants forcés », à savoir Etoile filante de Garoua, Bandjoun Fc et M. Loga étaient conviés. « C’était une audience de cadrage au cours de laquelle les intervenants devaient produire leur lettre de constitution. Ce qui a été fait. Les banques devaient produire leurs écritures en observation de l’assignation par laquelle elles ont été assignées. Ce qui a été fait », nous a indiqué Me Wamba Makollo Georges, précisant que « les conseils de la Fécafoot ont fait savoir qu’il y a une assignation qui va arriver, où l’Etat, représenté par le ministère des Sports, devra intervenir ». L’affaire a été renvoyée à vendredi prochain. « Il faut savoir qui agit au nom de la Fécafoot. La sentence du 12 novembre 2015 a annulé l’ensemble du processus électoral, qui avait porté M. Tombi à la présidence.

Les audiences vont nous renseigner davantage. Si c’est John Ndeh qui est le représentant de la Fécafoot, nous n’avons pas de problème. Si c’est Tombi à Roko, c’est là où il y aura un problème. Le débat consiste à savoir qui représente chacune des parties devant la barre. Ensuite, quelle est la valeur que les parties vouent à une sentence rendue par une juridiction, en l’occurrence la Cca. Une sentence devenue définitive. Le tribunal devra faire cet équilibre, demander le respect de manière absolutoire des termes de la sentence et demander aux parties en quelle qualité elles estent devant elle », argue Me Wamba Makollo.

Populaires cette semaine

To Top