Features

A 90 mn de la coupe du monde Achille Webo sort de sa réserve et fustige…

Pris pour cible et vertement critiqué par certains fans des Lions indomptables cause de ses piètres rendements au sein des Lions indomptables, et accusé d’être le protégé de Samuel Eto’o, l’international camerounais Achille Webo évoluant à Fenerbaçe, invité sur les ondes de nos confrères de la Radio sport infos (Rsi) hier, répond à ses détracteurs, non sans repréciser les enjeux de la rencontre coupe-gorge de dimanche prochain.

Feed-back! On joue la 65e minute du match Tunisie-Cameroun au stade olympique de Radès ce 13 octobre 2013. Les Lions indomptables, après une première mi-temps marquée par une pluie d’offensives des Aigles, ont la maîtrise du ballon mais ne parviennent pas à inscrire ce précieux but l’extérieur. Samuel Eto’o sert Allan Nyom, bien démarqué sur le côté droit. Le défenseur latéral de Grenade effectue un centre qui trouve au deuxième poteau Pierre Achille Webo. Mais ce dernier, dans un tour de passe-passe, dont lui seul a le secret, est incapable de pousser le ballon dans le but vide de Moez Ben Chrifia. L’attaquant de Fenerbache, dont la convocation et même la titularisation ont toujours été contestées, vient de réussir l’exploit de manquer l’immanquable. Suffisant pour en rajouter au courroux des téléspectateurs et fans de l’équipe nationale qui affublent l’ancien joueur de Majorque de tous les noms d’oiseaux, convaincus qu’il vient la de signer la fin de son bail au sein du Onze national. C’est sans compter que Volker Finke va de nouveau le convoquer pour la manche retour prévue ce 17 novembre au stade omnisport Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

La déception de ses milliers de détracteurs est grande. Pour certains, Webo n’a ni la classe, ni le talent d’un vrai attaquant, pour d’autres, il ne doit ses multiples convocations qu’au lobbying de certaines autorités et surtout au chantage du capitaine Samuel Eto’o dont on dit faire la pluie et le beau temps dans la tanière. Opinions que le goléador balaie d’un revers de la main. Lui qui estime que la confiance que lui témoigne le technicien allemand n’a rien d’un attendrissement déguisée. «L’équipe nationale dans tous les pays, c’est les joueurs qui font la différence dans leur club, c’est les meilleurs joueurs du moment. Si je suis convoqué, c’est parce que je fais mon travail en club et ça ne me surprend pas. C’est une très grande responsabilité de défendre les couleurs de son pays et quand je porte le maillot du Cameroun, J’essaye de donner le meilleur de moi et le maximum pour notre pays» réponds Webo à la question de savoir si se retrouver dans la liste des 25 Lions a été une surprise. Comment donc expliquer ce désamour, voire la haine que lui vouent certains Camerounais?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Opportunité

L’ancien sociétaire d’Osasuna pense que c’est normal qu’il y ait des critiques, car confesse-t-il, «le Cameroun est une très grande nation de football. Quelque part, je comprends la critique lorsque c’est sur le plan professionnel, sur le plan du football. Ils sont obligeants envers moi, envers Samuel aussi et c’est parce qu’on a fait de bonnes choses avant. C’est normal qu’on soit critiqué après un mauvais match parce qu’ils attendent beaucoup de nous, mais à écouter ce que mes gens me disent parce que je ne lis pas, je ne regarde pas la télé du Cameroun, c’est trop quand même ce qui se dit sur mon compte». Et si on refaisait le match Achille Webo, en sa qualité de fixateur de la défense tunisienne au match aller pense que les Aigles de Carthage sont bien entrés dans le jeu et qu’il a fallu faire preuve de grande maîtrise pour ne pas prendre de buts. «Le résultat était bon mais pour aller au mondial, il faut gagner le match chez nous où on aura notre public avec nous. Je pense que c’est une bonne opportunité d’arracher notre qualification avec le match de Radès. Les tunisiens, il ne faut pas l’oublier, ont fait un bon match. Nous, on va jouer contre une bonne équipe, très bien en place et on va essayer de donner de la joie publie» avise-t-il.

Fier d’être l’ami d’Eto’o

Quid du «pacte» Eto’o-Webo sur lequel les médias ont longtemps gloussé? «Oh là là!!! C’est des opinions» banalise l’ancien buteur de Stade de Bandjoun. Pour lui, «les gens disent ce qu’ils veulent, ce qu’ils pensent et je respecte tout. Mais de là à dire qu’il m’impose à l’équipe nationale, je dis non il y a des moments où Samuel ne venait pas, je venais. Et il y a des fois, il venait et moi je ne venais pas. Ça fait 14 ans que je suis professionnel. Je joue dans une équipe qui a autant de supporters que la population du Cameroun, je joue tout le temps, je marque des buts. L’équipe dans laquelle je joue à des internationaux qui vien¬nent de tous les pays du monde, mais Achille Webo joue. Je ne sais pas si c’est encore Samuel Eto’o qui demande à mon entraîneur en Club de m’aligner» argue-t-il. L’homme du match Côte d’Ivoire-Cameroun à Abidjan le 4 septembre 2005 estime que, celui qu’on présente comme son mentor fait, est amplifié à des fins inavouées.

Et pour témoigner à nouveau tout son soutien à la nouvelle recrue de Chelsea FC, il ajoute qu’il est fier d’être son ami. «On a un respect mutuel et j’ai beaucoup de chance de connaître quelqu’un comme lui», tranche celui qui invite le 12e homme à jouer sa partition dimanche prochain. Non sans promettre de tout faire pour que le Cameroun se qualifie. En bon entendeur…

Populaires cette semaine

To Top