Features

9000 Camerounais sont en formation militaire

formation-militaire

Ils sont en formation ou viennent d’y être admis. Ils pourront être déployés dans les unités récemment créées. Des équipements de dernière génération bientôt livrés. Le Cameroun renforce ses moyens militaires au jour le jour.

Mercredi dernier, le ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la défense a publié un communiqué. Edgard Alain Mebe Ngo’o a donné les listes des candidats aux recrutements au sein des forces de défense. En tout, près de 9.000 jeunes Camerounais sont en formation au sein de nos centres d’instruction des armées ou vont y être admis ces prochains jours. Le Mindef dans ses listes a appelé : 320 jeunes hommes et femmes qui ont passé le concours pour devenir élèves sous officiers de gendarmerie ; 2140 ont réussi à celui d’élèves gendarmes. Dans les armées, les lauréats aux concours sont eux aussi connus.

420 jeunes hommes et femmes sont admis à la formation d’élèves sous-officiers et 4120 à celle de soldats. Ces 7.000 jeunes camerounais vont rejoindre dans les centres d’instruction : les 1700 recrues du Bir qui sont en formation depuis le mois de décembre 2014 ; les près de 300 élèves officiers et la soixantaine de militaires qui se perfectionnent pour constituer le bataillon des forces spéciales en gestation. Certains observateurs se demandent déjà, si de nouveaux centres d’instruction vont être ouverts pour accueillir toutes ces recrues. Si on n’a pas de réponses exactes à ce questionnement, on sait tout au moins, que ces jeunes gens, une fois formés vont principalement être affectés dans les unités activées samedi dernier par le chef de l’Etat.

Paul Biya a ce jour-là, nommé des commandants des 21ème et 22ème brigades d’infanterie motorisées. Les Brim selon un acronyme cher aux militaires, sont en réalité les plus grosses unités de notre armée de terre. La Brigade d’Infanterie Motorisée est une grande unité tactique de combat. Installée dans un ou plusieurs secteurs militaires terrestres, en général une Région militaire, elle peut agir indépendamment du découpage territorial. Elle est composée de : un bataillon de commandement et de soutien ; un bataillon d’appui ; trois bataillons d’infanterie motorisée.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Leurs tailles en hommes oscillent entre 6.000 et 7500 hommes, formés à la manipulation des canons sophistiqués qui les équipent. Le Cameroun depuis samedi dernier, a parachevé le maillage de son territoire avec l’activation de ses deux Brim. Désormais cinq Brim sont actives. Autre mesure de quadrillage du territoire, la création de la légion de gendarmerie du Logone et Chari. Cette unité chargée du maintien de l’ordre et de la collecte du renseignement comporte trois compagnies (Waza, Kousséri et Makary) et des dizaines de brigades.

Nos sources révèlent par ailleurs que d’importants moyens logistiques vont être déployés ces tout prochains jours. Le public sait que des armes ont été promises par la fédération de Russie. Ce qu’il sait moins, c’est que des blindés, des lance-roquettes multiples des engins de déminage et des hélicoptères d’attaque avec équipages vont faire leur apparition ces « prochaines semaines », trahissent nos sources. Dans ses engagements aux fronts de l’Extrême-nord contre Boko Haram, de l’Est pour prévenir des débordements de rebelles centrafricains sur son territoire et de l’Ouest au large de Bakassi où des pirates et autres groupes rebelles ne se sont jamais totalement assagis , l’armée camerounaise a, de plus en plus besoin d’hommes bien formés.

De plus, pour que ceux engagés sur ces fronts ne soient pas épuisés par « l’usure de la guerre », il faut roter les effectifs. Mais, c’est un militaire qui résume au mieux ce renforcement des effectifs : Pendant plus de 10 ans, on n’a pas recruté des troupes. Les partenaires du Cameroun nous le déconseillaient. On s’est retrouvé avec un personnel vieillissant et peu motivé. Il va falloir tout refaire très vite. Nous n’allons pas toujours appeler le Tchad pour faire la guerre pour nous ».

© Le Jour : Aziz Salatou

Populaires cette semaine

To Top