Autres'sports

Pourquoi le 800 mètres femme fait couler autant d’encre

283964-8eb75353eb1c4c265c06ac4a50f1feb8

En athlétisme, le plus vieux record du monde est celui du 800 mètres femmes. Le record date en effet de Juillet 1983 quand l’athlète Tchèque Jarmila Kratochívola finissait le 800 mètres en 1 min 53 s 28 à Munich. Depuis, aucune personne n’a réussi à battre ce record. Toutefois, il y a  des chances que ce record soit bien battu lors des jeux de Rio, par l’athlète sud-africaine Caster Semenya. Et si vraiment elle bat ce record, ce sera un exploit qui fera couler beaucoup d’encre. En effet, beaucoup de personnes estiment que le taux naturel de testostérone de l’athlète signifie qu’elle ne devrait pas être autorisée à courir.

Des victoires précoces

source

source

En 2009, alors âgée de 18 ans, Caster Semenya remportait son premier championnat du monde, devançant ses concurrentes de plus de deux secondes. Avant la course, l’Association des Fédérations Internationales d’Athlétisme (AFIA), avait confirmé qu’elle était sous le coup d’une enquête visant a déterminer si elle était une bien femme. Les résultats de cette enquête n’ont pas été rendus publics mais l’AFIA avait interdit l’athlète de compétition jusqu’au milieu des années 2010, moment à partir duquel on pense qu’elle a commencé à prendre des médicaments pour réduire son taux de testostérone naturelle.

Une décision arbitraire

source

source

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Depuis, l’AFIA a introduit une limite de taux de testostérone au-delà de laquelle les athlètes ne peuvent participer à une compétition. Cette règle a été adoptée dès 2012. On ignore si ce sont les médicaments, une blessure ou bien la pression médiatique qui ont conduit à une moins bonne performance de Caster en 2012 où elle a terminé le 800 mètres en 1 min 57 s 23, un temps relativement médiocre. Toujours est-il que la carrière de la championne a connu un nouveau souffle lorsqu’un athlète indien du nom de Dutee Chand, a fait appel de la décision de l’AFIA et a gagné son procès auprès du Tribunal Arbitral du Sport. Ce dernier a qualifié la décision de l’AFIA de discriminatoire, et a avancé que l’AFIA n’avait pas la preuve que des niveaux élevés de testostérone naturelle donnaient les mêmes résultats que des injections de testostérone. Caster a alors pu faire un retour sur la piste de course sans avoir besoin de limiter son niveau de testostérone. Dès lors, ses performances ont explosé. Elle a remporté le 400m, le 800m, et le 1500, au championnat national d’athlétisme en Afrique du Sud, et ce, en une après-midi ! Elle a d’ailleurs battu son record personnel en réalisant le 800m en 1 m 55 s 33, se rapprochant ainsi du record du monde détenu par Jarmila Kratochívola.

Diversité humaine

source

source

Aujourd’hui, l’athlète va courir le 800 mètres à Rio, et tous les yeux vont être rivés sur cette grande favorite. Toutefois, le débat sur sa participation aux Jeux est loin d’être terminé. Les critiques ont du mal à réaliser que les athlètes hors norme ont tous des attributs physiques extraordinaires. Ainsi, Michael Phelps, l’athlète le plus titré des Jeux Olympiques, a un corps hors du commun : un très long torse, de grands pieds, et une grande capacité pulmonaire, qui sont des atouts majeurs pour tout nageur. Usain Bolt, quant à lui, avale 2,70 mètres à chaque enjambée, ce qui lui procure un avantage majeur sur ses concurrents. Les Jeux Olympiques devraient être l’occasion de célébrer la diversité chez l’homme sous toutes ses formes.

Regardez l’athlète Caster Semenya en action

 Sources : AFRIZAP

Populaires cette semaine

To Top