Economie

51 millions détournés à la Campost

Après le déficit financier de 48 millions de Fcfa constaté à la Cameroon postal service (Campost) de Meïganga, un trou de 51.717.279 Fcfa vient d’être découvert à l’agence de Bankim. Le receveur de cette agence, Mme Alimatou Nkéré est portée disparue depuis près d’un mois. Selon des sources proches du dossier, avant de prendre la clé des champs, elle a pris le soin de déposer sur sa table une liste d’une quinzaine de personnes qui seraient ses débiteurs.

«C’est de l’argent que ces personnes prêtent souvent à leurs amis moyennant un certain pourcentage lors du remboursement. Lorsque le contrôle passe et que le remboursement n’est pas effectué, c’est normal qu’ils soient accusés de détournement de derniers publics», fait savoir notre source. Approché, le délégué régional de la Campost, M. Issia, n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet. «Nous n’avons pas encore bouclé l’enquête, donc je ne peux pas en dire plus. La gendarmerie est encore sur le dossier et nous avons également une mission de contrôle sur le terrain», at-il dit.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ces deux cas de détournements dans les agences Campost de l’Adamaoua ne sont pas des exceptions. Selon des sources proches de l’entreprise, la pratique de l’usure est monnaie courante chez les responsables de Campost dans l’Adamaoua, lesquels se servent tranquillement dans les caisses de l’entreprise. Les mêmes sources estiment que les services de contrôle de l’entreprise sont très souvent complices de cette pratique. «Dans les microfinances qui offrent les services de transfert d’argent dans la région, le contrôle des caisses se fait au quotidien.

A la fin de chaque journée, les responsable se réunissent et font le point. Avant de partir, tout le monde sait combien il y a dans les caisses et combien il manque. Mais, à la Campost, on a l’impression que certains responsables ne font pas bien leur travail. Ils attendent des mois pour faire des descentes sur le terrain, et ça donne le champ libre à ceux qui tiennent les caisses et qui se livrent ainsi à des pratiques illicites, et souvent avec la complicité des contrôleurs», soutient une source. En septembre dernier, le receveur de l’agence de Meiganga, Ousmanou Nana avouait avoir distrait la somme de 48 millions Fcfa. Argent volatilisé dans l’usure qu’il aurait toujours pratiquée. Il est incarcéré à la prison de Meiganga depuis le 25 septembre 2014.

© L’Oeil du Sahel : FRANCIS EBOA

Populaires cette semaine

To Top