Features

490.000 grossesses non-planifiées au Cameroun en 2013

Grossesses-femme-enceinte-noire-Dschang-ménage

Les statistiques sur les grossesses non-planifiées sont issues d’une récente étude conduite par l’Institut de formation et de recherche démographique (Iford)

Une étude réalisée par l’Institut de formation et de recherche démographique (Iford) révèle que le Cameroun peut économiser 2,7 milliards de FCFA chaque année, en satisfaisant de moitié les besoins contraceptifs modernes, a appris la PANA au cours de la présentation de ladite étude, mardi à Yaoundé. L’étude, qui a été réalisée avec l’appui de l’Institut américain spécialisé dans la promotion de la Planification familiale (Guttmacher Instute) a pour objectif «d’aider les décideurs à améliorer le bien-être des femmes au Cameroun », a expliqué le chercheur, enseignant à l’Iford et principal contributeur dans l’étude, Gervais Bininguisse.

grossesses-planning familial-Cameroun

grossesses-planning familial-Cameroun

490.000 grossesses non-planifiées signalées au Cameroun en 2013

L’Enquête démographique de santé révèle qu’en 2011, 782 femmes sur 100.000 Camerounaises ont perdu la vie alors

qu’elles donnaient naissance à un enfant, soit 6.000 décès de femmes chaque année. L’Iford et ses experts pointent du doigt le non-accès à des services modernes de Planification familiale de qualité comme une cause de cette situation. Sur 490.000 grossesses non-planifiées signalées au Cameroun en 2013, au total, 80% l’ont été chez les femmes n’ayant pas eu accès aux méthodes modernes de contraception. 175.000 de ces grossesses ont conduit à des avortements clandestins pour la plupart. Dans la même période, 21% de naissances enregistrées n’ont pas été planifiées, a-t-on appris de sources proches de la recherche de l’Iford.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

 le Cameroun peut économiser 2,7 milliards de FCFA chaque année…

Le directeur de la Recherche internationale du Guttmacher Institute, Akinrinola Bankole et Hélène Kamdem et Gervais Beninguisse de l’Iford, s’accordent sur la fait que la population reste un élément important du développement. Une étude réalisée par l’Institut de formation et de recherche démographique (Iford) révèle que le Cameroun peut économiser 2,7 milliards de FCFA chaque année, en satisfaisant de moitié les besoins contraceptifs modernes, a appris la PANA au cours de la présentation de ladite étude, mardi à Yaoundé.

L’étude, qui a été réalisée avec l’appui de l’Institut américain spécialisé dans la promotion de la Planification familiale (Guttmacher Instute) a pour objectif «d’aider les décideurs à améliorer le bien-être des femmes au Cameroun », a expliqué le chercheur, enseignant à l’Iford et principal contributeur dans l’étude, Gervais Bininguisse. L’Enquête démographique de santé révèle qu’en 2011, 782 femmes sur 100.000 Camerounaises ont perdu la vie alors qu’elles donnaient naissance à un enfant, soit 6.000 décès de femmes chaque année. L’Iford et ses experts pointent du doigt le non-accès à des services modernes de Planification familiale de qualité comme une cause de cette situation.

Sur 490.000 grossesses non-planifiées signalées au Cameroun en 2013, au total, 80% l’ont été chez les femmes n’ayant pas eu accès aux méthodes modernes de contraception. 175.000 de ces grossesses ont conduit à des avortements clandestins pour la plupart. Dans la même période, 21% de naissances enregistrées n’ont pas été planifiées, a-t-on appris de sources proches de la recherche de l’Iford. Le directeur de la Recherche internationale du Guttmacher Institute, Akinrinola Bankole et Hélène Kamdem et Gervais Beninguisse de l’Iford, s’accordent sur la fait que la population reste un élément important du développement.

JournalDuCameroun

Populaires cette semaine

To Top