Features

Insécurité: 33 maisons incendiées par des Arabes tchadiens à l’Extrême-Nord

boko_haram_attaque_Arabes

Les auteurs de cet acte sont des éleveurs arabes tchadiens qui voulaient se venger suite à l’attaque qu’ils ont subie de la part des coupeurs de route le 9 mai 2016. À en croire L’Œil du Sahel en kiosque le 16 mai, le village Baiga, dans l’Arrondissement de Gobo, Département du Mayo-Danay, Région de l’Extrême-Nord, est à moitié dépeuplé depuis le 13 mai. Et pour cause, des éleveurs arabes tchadiens y ont opéré une expédition punitive et mis le feu dans plusieurs maisons.

Tout a commencé selon notre confrère, le 9 mai. «Ce jour-là, de retour du marché de Gobo, après avoir vendu leurs animaux, des éleveurs tchadiens sont attaqués par des coupeurs de route à Gandi, une petite bourgade tchadienne située de l’autre côté du fleuve Logone. Le fruit de leur commerce est emporté par les malfrats. En outre, trois personnes sont tuées, toutes de nationalité tchadienne».

Selon les explications d’un habitant du coin,  «les trois Tchadiens tués revenaient du marché de Gobo. Les coupeurs de route ont demandé au chauffeur du car qui les transportait, de s’arrêter. Il a refusé d’obtempérer et ces brigands ont ouvert le feu. C’est comme cela que les trois personnes sont tuées. Parmi elles, deux Arabes et un Mousey».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les proches des victimes vont alors décider de se venger. Ils soupçonnaient les Tchadiens installés au Cameroun. Le 10 mai, ils descendent au village Baiga et incendient une trentaine de maisons. «Ils reviennent trois jours plus tard et mettent le feu à trois cases. Ce bilan, obtenu de sources locales, est toutefois revu à la baisse par le Préfet du Département du Mayo-Danay, Simon Kweti Ndoh. Joint au téléphone», souligne le journal.

Pour le chef de terre, ce sont 21 cases qui ont été brulées.  «Au lendemain de l’attaque de Baiga, le Commandant de brigade de gendarmerie de Gobo, Clément Bouba Zroumba et ses éléments sont descendus dans ledit village pour rechercher les brigands tchadiens qui y avaient manifestement trouvé refuge. Selon un gendarme qui a participé à l’opération en compagnie de militaires tchadiens venus prêter main-forte à leurs camarades camerounais, 12 téléphones, plusieurs cartes SIM des opérateurs camerounais et tchadiens, des amulettes et des armes blanches ont été saisis».

Jean-Marie Nkoussa

Populaires cette semaine

To Top