Features

33 000 assurés sociaux font perdre à la CNPS 1,2 milliards de FCFA

CNPS-Yaounde-Cameroun

Selon le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale, ces assurés sociaux disposaient de fausses pièces d’état civil. C’est au cours du troisième séminaire technique de l’Association internationale de sécurité sociale tenu à yaoundé le 19 août 2015 que la fraude  a été relevée, indique Le Quotidien de l’économie de ce vendredi 21 août 2015 .

D’après le directeur général de la CNPS, Alain Noel Olivier Mekulu Mvondo Akame  «une opération spéciale de contrôle de l’authenticité des pièces d’état-civil présentées par nos clients a permis de ressortir des fraudes pour une valeur de plus de 1,2 milliards de FCFA, concernant plus de 33 000 assurés sociaux, soit environ 7% de l’ensemble des travailleurs immatriculés en 2010 ».

Selon le DG de la CNPS «  au cours de l’exercice 2014, il s’est dégagé des redressements de cotisations sociales de plusieurs milliards de FCFA au Cameroun ». À en croire le journal «  les propos du DG faisaient allusion aux nombreuses société établies qui affichaient, au 31 décembre 2014, une dette globale représentant les cotisations sociales chiffrées exactement à environ 70 milliards de FCFA. Parmi ces entreprises, 148 sont des sociétés d’Etat, dont la dette des cotisations sociales s’élève à 55 milliards de FCFA ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« C’est le cas de Camtel, la CRTV, Campost , Palais des Congrès, Hôtel des députés, Labogénie, Semry, Imprimerie nationale, ARMP, Sopecam, Sodecoton, Sodecao », soutient le journal.

Afin de remédier à  cette  situation    la CNPS a instauré la déclaration en ligne des salaires par les employeurs. De même que la consultation en ligne du compte individuel assuré, un contrôle de régulation annuel et le pilotage par le ratio composite. Ce qui a permis à la CNPS de voir ses assurés sociaux augmenter de 35,39%, les employeurs de 15,25 % et le recouvrement de 9,12%.

Pour le DG de la CNPS, ces mesures ont permis  « de récupérer  près de 950 millions de FCFA ». Il a également annoncé «  avoir instauré l’identification des bénéficiaires pour éviter la fraude par substitution, la mise en place d’un système  de gestion informatique, la bancarisation des payements et la réduction du temps de traitement des dossiers. De même que la mise en œuvre d’un dispositif anti- fraude en 2013 ».

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top