Features

31 « cargos » d’écoles en fourrière

Yaoundé-Cargos-scolaires-à-Douala

L’opération menée par le préfet du Wouri hier a consisté à déposséder des écoles de ces véhicules.Le préfet du Wouri, Naseri Paul Bea, a mené une opération « coup de poing » dans six établissements primaires de l’arrondissement de Douala V le 1er octobre.

Il était question de déposséder ces écoles des « cargos » qui servent au transport des élèves. 31 « cargos » au total, dans un piteux état, ont été conduits à la fourrière. A chaque étape, le préfet lui-même s’assurait de l’aspect général du  véhicule. La plupart d’entre eux sont non seulement très sales, mal entretenus, mais présentent aussi de gros risques pour la sécurité des enfants. Les portières ont été réadaptées, les sièges en fer et parfois dépourvus de mousse… Ces voitures sont également mal chaussées, avec des pneus complètement abîmés.

L’on se souvient encore qu’il y a moins d’un mois, le car de transport de l’une des écoles a failli coûter la vie à de nombreux élèves, parce que ses freins avaient lâché. D’ailleurs, le maître d’une école de la place est passé de vie à trépas lors de cet accident. C’est donc pour mettre un terme à ce genre de situation et assurer la sécurité des élèves que le préfet a décidé de frapper du poing sur la table. Les promoteurs de ces établissements sont appelés à se procurer des minibus confortables pour le transport des enfants.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Certains d’entre eux ont prétexté ne pas être au courant de l’initiative du préfet, qui pourtant, a pris la peine de saisir les chefs d’établissement.

Pour Naseri Paul Bea, les enfants sont fragiles, il faut les protéger, en s’assurant un minimum de confort lors de leur transport. Certaines écoles possèdent jusqu’à douze « cargos » pour transporter les élèves, et c’est un vrai problème. Les « cargos » sont réservés au transport des marchandises et non des hommes, a-t-il insisté. Les promoteurs doivent trouver d’autres solutions et aussi se conformer sur le plan administratif. Il faut qu’ils trouvent les moyens pour acheter des voitures confortables. « Nous avons mis un terme au transport par « cargos »  et ceux-ci se sont reconvertis dans les écoles, ce qui est regrettable », explique le préfet.

Les écoles visitées par le chef de terre sont le groupe scolaire Waffo, La Roche, Sira, Briquiny, Emergence et La Marseille. D’autres descentes sont programmées dans les prochains jours.

Mireille ONANA MEBENGA

Populaires cette semaine

To Top