Features

3 morts dans l’incendie d’un domicile à Bepanda boulangerie de la Paix

Ndokoti - Incendies - Douala

Daniel Mbankollo, 56 ans, son épouse et la sœur de celle-ci ont péri lors du sinistre survenu ce 1er juin. La foule reste compacte devant le portail fermé de la résidence de la famille Mbankollo, située non loin du lieu dit « Boulangerie de la paix » à Bepanda. Motos garées, badauds attroupés, les commentaires vont bon train. Une odeur de brûlé flotte dans l’air, que n’arrive pas à dissiper un vent annonciateur de pluie. La pluie ? Elle aurait été la bienvenue quelques heures plus tôt, quand éclatait dans cette concession un incendie qui allait emporter le chef de famille, Daniel Mbankollo, entrepreneur de 56 ans, son épouse, Christine, et la sœur de cette dernière, dont CT n’a eu que le prénom, Marcelline.

« Les pompiers ont été alertés autour de 4h du matin », confie un soldat du feu à CT. C’est autour de la même heure que cette voisine, apparemment encore secouée, dit avoir « senti la fumée ». La source du feu n’avait pas été formellement établie au moment où nous allions sous presse, mais des informations concordantes évoquent un problème d’origine électrique. L’étincelle serait partie de l’écran de télé du salon. Quoi qu’il en soit, ce feu s’est étendu à une grande partie de la concession, ravageant les meubles, fissurant parois et poteaux, froissant des tôles, noircissant les murs…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sur un tapis de charbons gît une carcasse de voiture dont le reporter a du mal à reconnaître la marque. « C’est une coccinelle », précise le fils aîné du couple défunt, dévasté – on le serait à moins – par la situation. Une Pajero, pour reconnaissable qu’elle soit, n’en est pas moins salement amochée à l’avant. Le jeune homme porte sur ce décor un regard inexpressif. D’une voix atone, entre deux marques de réconfort procurées par de nouveaux venus sur le site, il explique que ses deux sœurs cadettes et lui étaient à Yaoundé à l’occasion des Jeux universitaires. Le seul enfant présent dans la concession au moment du sinistre, un jeune homme qui a pu s’échapper. « Sa chambre était à l’extérieur », souligne un proche de la famille.

Au moment où nous quittions les lieux hier, l’évaluation des dégâts se poursuivait, et de fins panaches de fumée continuaient d’être effilochés par la brise.

© Cameroon Tribune : Alliance NYOBIA

Populaires cette semaine

To Top