Features

2000 motos saisies en quatre jours à Garoua

Motos-Garoua

Les autorités municipales de la capitale régionale du Nord ont lancé depuis le 24 août 2015, une opération de saisie des motos-taxis qui ne respectent pas la réglementation.

Ce sont ainsi près de 2000 engins qui ont déjà été saisis dans la ville de Garoua par les forces de l’ordre qui accompagnent les communes dans cette opération. C’est qu’en plus des documents exigés pour exercer l’activité de moto-taximan, les opérateurs de ce secteur sont désormais tenus d’arborer des chasubles orange avec un numéro d’identification attribué par la mairie où ils souhaitent travailler. «Nous sommes probablement à près de 2000 motos saisies à ce jour.

Les propriétaires viennent progressivement les récupérer en se conformant à la réglementation en vigueur, mais il faut noter qu’il reste encore beaucoup à faire. Car sur plus de 5000 motos-taxis recensées dans la ville, seulement un peu plus de 2000 sont en règle», confie Mohamadou Awalou, cadre communal en service à la commune d’arrondissement de Garoua 1er. Le 5 septembre dernier, les sous-préfets de Garoua 1er et 2ème, accompagnés des forces de maintien de l’ordre, des autorités municipales et de la douane, sont descendus sur le terrain pour accentuer cette campagne.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Au cours de leur descente, plusieurs moto-taximen s’étant abrités au hall de la poste de Garoua en raison d’une pluie battante, ont été surpris. Résultat, surplace, plus de 400 motos ont été saisies et transportées à la fourrière municipale de la commune de Garoua 2ème. «Ils nous ont pris par surprise. Il n’y avait pas moyen de leur échapper. Ils ont fait irruption dans le hall en quadrillant tous les côtés. Toutes les motos se trouvant sur les lieux et dont les pièces ne respectaient pas la réglementation ont été embarquées. De même que tous les moto-taximen qui n’arboraient pas la tenue exigée ont vu leurs motos saisies. Les sous-préfets bondissaient sur les conducteurs de motos qui passaient aux abords de ce hall», déclare Abdourahman, mototaximan à Garoua.

Pour les autorités, l’opération vise tout simplement à identifier tous les moto-taximen de la ville de Garoua, afin de garantir les conditions de sécurité. «Il ne se passe pas un seul jour sans qu’on ne nous déclare un cas d’agression. Et le plus souvent, ce sont ces conducteurs de motos-taxis qui sont pointés du doigt. Généralement, ceux qui commettent des agressions ne portent aucun numéro d’identification pouvant nous permettre de les retrouver. Les mesures que nous venons de prendre nous permettront non seulement de faire un bon suivi des activités de ce secteur, mais de l’assainir complètement. En ce moment où la situation sécuritaire est délicate et surtout que de nombreux délinquants utilisent les motos pour leurs sales besognes, nous pensons qu’il est indispensable que le secteur soit assaini», déclare un agent communal, membre de l’équipe chargée de l’opération d’assainissement.

Populaires cette semaine

To Top