Economie

118 millions de l’UE pour la prévention des violences liées au genre

violences-liées-au-genre-Charles-Etoundi

La lutte contre les violences faites aux femmes.

L’Union européenne (UE) et le Cameroun ont signé, mercredi, une convention de 118 millions FCFA pour la prévention des violences liées au genre dans 30 communautés et qui devrait profiter à plus de 80.000 femmes dans les régions anglophones du pays,a constaté APA sur place.

La campagne de sensibilisation y relative est prévue pour durer 24 mois entre 2015 et 2016, financée à hauteur de 85% par l’UE.
Deux autres projets, liés à l’humanisation des rites de veuvage à l’Ouest et à la lutte contre les violences faites aux femmes dans l’Extrême-Nord et ayant également fait l’objet d’un appel à propositions, seront lancés avant la fin de l’année en cours.

Dans le même sillage, l’UE annonce un autre appel à propositions dans le cadre de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH), d’un montant de 656 millions FCFA.

Depuis 2010, le Cameroun a bénéficié d’une enveloppe pays de 600.000 euros par an de l’UE destinés au renforcement de la capacité des journalistes à produire et diffuser des articles et des émissions radiophoniques.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ces productions portent sur l’environnement carcéral du Cameroun, au renforcement des sensibilisations et de plaidoyer pour les droits des minorités des communautés forestières, à la prévention de l’exploitation des enfants à des fins sexuelles et de réhabilitation des victimes dans les régions du Centre, de l’Extrême-Nord, de l’Ouest et du Nord –Ouest.

Ces financements ont aussi été dédiés à l’amélioration des conditions de détention dans les prisons, à la protection de la dignité humaine des personnes nées en «captivité» dans les chefferies des peuhles, à l’insertion socioéconomique des femmes et jeunes victimes de trafics dans les régions de l’Adamaoua, de l’Extrême-Nord et du Nord et, et au respect des droits des personnes stigmatisées et vulnérables au Cameroun.

Par APA

Populaires cette semaine

To Top