Clips'Promo

[ Video ] «Ô pays des femmes sages» ! 4ème album de Lady B celui de la maturité ?

Si on s’en tient au récent album de la chanteuse sorti en novembre 2013, on pourrait répondre par l’affirmative. Même si de temps à autre, son naturel lui résiste.

«Ô pays des femmes sages» ! C’est le nom de baptême du 4ème album de Rosine Mireille Obounou alias Lady B. Bien plus qu’un jeu de mots, le titre de l’album est évocateur de son contenu. Une galette de quatorze titres qui n’intéresserait pas que les fans de musiques urbaines mais des fans de bonne musique tout court. Et oui, Lady B. s’est assagie. Moins agressive, on lui découvre une douceur et une maturité qu’on ne lui connaissait pas quand elle criait : « qui peut ?». Pourtant, elle a gardé les mêmes rythmes. Dont, le rap, le slam, l’afro hip hop, le RnB et fusion.

L’intro que la chanteuse signe avec sa collègue Adango Salicia est un véritable voyage. La chanson plonge l’auditeur dans les profondeurs de la forêt. Tout comme «Ngon mefan» dans laquelle elle invite les Africains à s’approprier leur culture pour mieux comprendre et s’épanouir dans la société d’aujourd’hui. Une appropriation qui passe selon l’artiste par «l’acceptation de notre propre identité et de nos origines». Un peu d’amour dans «ma ding wa » et «ma yange wa» dont le clip passe en boucle dans les chaines de télévision. La chanteuse dresse le portrait de son homme, son idéal et l’attend. Un rêve qu’elle chérit aussi pour le berceau de l’Humanité. En une phrase, «l’Afrique survivra». Ce, contre vents, marées et les cancres «l’Afrique retrouvera son itinéraire». Une vision qu’elle partage avec le Sahel Hip Hop.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Major Asse

Comment pouvait-il en être autrement ? Que lady B. fasse un album complètement doux. Non. Dans le titre «Des ombres des bombes», l’artiste est colérique. Elle crache des paroles enflammées sur toutes ces nations qui créent les guerres en Afrique. Elles ont, à l’en croire, transformé l’Afrique en une vaste boucherie humaine. Oui, «l’Afrique est malade», dit-elle, triste. Heureusement que l’humoriste Major Asse a su trouver des mots plus colorées pour tempérer cette amertume. Même si Lady B. insiste en interrogeant, «A quoi nous sert la politique en Afrique ?». Un peu d’ambiance pour oublier les soucis avec «c’est ho ha» et «ô phone», deux titres qui ont la même couleur.

Lady B. a partagé ses chansons avec de nombreux collègues qui ont signé des featuring. A savoir, b. Good, Sadrake, Sahel Hip Hop, Alima, Stone ; Sultan Oshimin et Major Asse. L’album est une autoproduction et a été mis sur le marché en novembre 2013. A l’occasion, l’artiste annonçait le lancement de sa marque, Fb (feuk evindi). Pas mal finalement pour cette jeune dame qui a su se frayer une place dans le milieu hip hop camerounais avec ses albums «Ma colère», «La fille Béti» et «Another part of me» et aujourd’hui, «ô Pays Des Femmes Sages !»

Adeline TCHOUAKAK

Populaires cette semaine

To Top