Features

Émeute au marché du Mfoundi: Les commerçants furieux chez Tsimi Evouna

Marche - Mfoundi - Commercants

Depuis plus d’une heure, les vendeuses Bessala Thérèse âgée de 30 ans braiseuse de poissons au hangar numéro 10, et Atangana Mireille 27 ans, exerçant la même profession au marché du Mfoundi, ont été transportées à l’esplanade de l’hôtel de ville de Yaoundé dans un état d’inconscience.

Ce jeudi 23 octobre 2014 autour de 08 heures, les éléments de la police municipale ont investi le marché du Mfoundi, confrontés au phénomène récurrent de l’occupation anarchique des chaussées. C’est en procédant à la confiscation des biens marchands appartenant aux commerçants fautifs que la situation a tourné à l’émeute.

Roger Pascal Mfomo, un commerçant du hangar N°10 raconte:

«Il devait être 08 heures, quand les éléments de la police municipale et les policiers en uniformes, sont arrivés dans des pick-up escortés par un camion appartenant à la communauté urbaine. Comme d’habitude, ils sont descendus brusquement de leurs véhicules et ont commencé à arracher les marchandises, tout en brutalisant les commerçants. Quelques uns ont pris la fuite, malgré cela ils ont été poursuivis par ces bourreaux jusqu’au tunnel. Il y a eu sept femmes évanouies et de nombreux blessés, en dehors de celles qui sont couchées là devant vous» a indiqué notre interlocuteur avant de conclure: «Nous sommes ici pour rencontrer le délégué du gouvernement M. Tsimi Evouna pour qu’il amène nos sœurs à l’hôpital et pour qu’il nous restitue nos marchandises volés».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En l’absence du maître des céans, c’est à Madame Rose Zang Nguélé déléguée du gouvernement adjoint qu’il est revenu d’amorcer une tentative de conciliation: «Quand ça s’est passé où étaient les responsables du marché ?» et aux commerçants de répondre en chœur : « Ils étaient là ». Et à la déléguée adjoint de poursuivre : « Lorsqu’il y a un problème, ce sont ces personnes qui doivent venir ici. Même si vous avez raison, quand vous agissez de la sorte, vous finissez par avoir tort ».

Au moment où nous quittions les lieux, le calme semblait être revenu.

Yves Junior Ngangue

Populaires cette semaine

To Top