Dossiers

“Un étudiant , un ordinateur” : Ce qui se cache derrière le don de Paul Biya

Comment les autorités camerounaises ont transformé le projet d’interconnexion des universités. Ce qui se cache derrière le don de Paul Biya. La rencontre le 26 août 2015 à Yaoundé entre le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, et une délégation chinoise n’est pas passée inaperçue. La preuve, un certain nombre de médias ont relayé l’information de l’interconnexion prochaine des universités d’Etat du Cameroun. Cette rencontre, comme l’avait indiqué à sa suite Jacques Fame Ndongo, était un pas dans la matérialisation d’un accord passé quelque temps plus tôt en Chine entre le ministre chinois du Commerce et le ministre camerounais de l’Economie, du plan et de l’Aménagement du territoire.

Zhao Dhezi, le directeur général de la Sichuan Telécom Construction Engeneering Co. Ltd, entreprise chargée de la mise en oeuvre du projet était venu à Yaoundé avec quelques uns de ses collaborateurs pour préciser leur volonté de réaliser ce projet évalué déjà à ce moment-là à environ 75 milliards de Fcfa. «Le Cameroun va atteindre un niveau de développement technologique digne des pays modernes. La mission est au Cameroun pour faire le point de ce projet pour lequel un accord cadre de prêt de 75 milliards de F a été récemment signé en Chine entre le ministre chinois du Commerce et le ministre de l’Economie du Cameroun », avait-il dit. Il ne restait alors, indiquait notamment la presse, qu’un décret du président de la République pour lancer véritablement le Cameroon E-National Higher Education Network.

Celui-ci est arrivé le pratiquement un an plus tard. Le 27 juillet dernier, en effet, Paul Biya a signé le décret N° 2016/354 du habilitant le Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire à signer avec la banque d’Export- Import de Chine (Eximbank- Chine), un accord de prêt d’un montant de 937 500 000 Yuans Rmb, soit environ 75 milliards de francs CFA, pour le financement du projet dénommé Cameroon E-National Higher Education Network. D’après l’article 1er de celui-ci, « le Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire est habilité, avec faculté de délégation, à signer avec la banque d’Export-Import de Chine (Eximbank -Chine), un accord de prêt d’un montant de 937 500 000 Yuans Rmb, soit environ 75 milliards de francs Cfa, pour le financement du projet dénommé Cameroon E-National Higher Education Network».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cameroon E-National Higher Education Network

Ce même jour, Jacques Fame Ndongo signait une convention avec Sichuan Telécom Construction Engeneering Co. Ltd. Avant d’annoncer dans la foulée le fameux « don de 500 000 ordinateurs » aux étudiants camerounais. Un don matérialisant un fameux « Plan jeunes » prescrit par Paul Biya le 10 février 2016. « Il s’agit d’une opération présidentielle et ponctuelle ayant pour objectif de mettre à la disposition de 500 000 étudiants camerounais des outils informatiques appropriés pour leur arrimage à l’économie numérique universitaire », a-t-il  ajouté. Cherchez l’erreur! En fait, cette deuxième rencontre entre le Minesup et les Chinois de Sichuan a contrairement à la première, été suivie par une extraordinaire effervescence. Rien à voir avec le premier accord entre les mêmes parties. Que s’est-il donc passé entre août 2015 et juillet 2016 ? Les autorités camerounaises ont-elles choisi volontairement de mettre en avant un geste de magnanimité du chef de l’Etat pour redorer son blason auprès de la jeunesse ?

Tout laisse à le penser, car l’on constate bien qu’elles sont bien au fait de ce projet dont l’essentiel est l’interconnexion de neuf universités camerounaises (les huit universités d’Etat plus l’université inter-Etat Cameroun-Congo à Sangmelima). L’on devine donc la surprise des Chinois face au choix de mettre en avant un projet « un étudiant, un ordinateur », plutôt que le projet principal qu’ils ont proposé à l’Etat camerounais. Les ordinateurs en réalité ne devaient être qu’un moyen de profiter du réseau interconnecté. Du coup, l’on peut se poser un certain nombre de questions. Le prêt de 75 milliards de Fcfa rentrera-t-il entièrement dans l’acquisition des ordinateurs à offrir aux étudiants ? Quand sera finalement réalisée l’interconnexion des universités ? Probablement pas avant la prochaine rentrée, l’échéance annoncée pour le « don ». Le Cameroun a-t-il choisi d’émietter le E-National Higher Education Network en commençant par la fin ? A quoi bon en effet, d’offrir aux étudiants ces ordinateurs si, finalement, ils ne leur permettent pas de vivre le grand projet dont ils étaient sensés faire partie ?

Sources : Le flux rss de camer.be

Populaires cette semaine

To Top